Eric Bonnemains


En cette période électorale, les promesses sont légions. 

Même si nous savons qu'elles n'engagent que ceux qui les reçoivent, je me fais la réflexion tous les jours, quand je lis les propositions de certains candidats, qu'elles faussent le jeu électoral.

Quand on sait que telles ou telles propositions, promesses, engagements, annonces ne sont que de l'enfumage, soit parce que ce domaine n'est pas des prérogatives du maire, soit parce que parfois ce n'est pas réalisable, voir même quand ce n'est pas tout bonnement interdit...

Et il ne faut pas chercher loin pour trouver des exemples... Je parle bien des candidats de St-Dizier, Vitry-le-François ou Bar-le-Duc.

Non la reconnaissance faciale par drone, n'est pas autorisée en France ! Ne plaisantons pas, cette proposition se trouve bien dans le programme d'un candidat de Vitry !

Au-delà de cela, méfions-nous des candidats trop généreux, qui promettent des équipements en sachant que la construction sera subventionnée. Si c'est vrai pour l'investissement, le fonctionnement, en revanche, lui ne perçoit aucune aide. Et c'est bien le fonctionnement qui coûte !

Un gymnase, s'il peut être financé à hauteur de 80%, amènera des coûts supplémentaires de chauffage, nettoyage, utilisation, entretien... et au final, la seule source du financement sera les impôts.

Un maire, ne peut, malheureusement ou heureusement tout faire… En l’occurrence, s’il peut insuffler un souffle commercial sur telle ou telle zone, il devient difficile ensuite d’obliger un commerçant de s’installer dans un quartier où il ne voudra pas aller. De même, il est très difficile d’obliger les propriétaires à refaire leur maison ou appartement, à part en créant d’énièmes aides financières pour inciter… mais inciter n’est pas obliger.

Donc, pour résumé, choisissez bien vos candidats et vos projets… Il vaut mieux un projet moins claquant, moins idyllique et certainement plus raisonnable.